Les Enjeux


J’ai toujours soutenu l’idée selon laquelle le combat contre les Bongo au Gabon est, en fait, un combat simple et facilement gagnable, mais que ce sont les Gabonais eux-mêmes — du leader de l’opposition qui fait son sur-place au Gabonais lambda qui rêve du miracle — qui compliquent ce combat.

Les Gabonais compliquent ce combat parce que, de prime abord, ils se sentent incapables de le mener au vu des sacrifices prévisibles et imprévisibles que ce combat impose à chacun d’entre nous. Pour éviter ces sacrifices, les Gabonais finissent par s’entourer de tellement d’arguments et d’échappatoires qu’ils deviennent eux-mêmes, en fait, les plus gros facilitateurs de la survie des Bongo au pouvoir. Pourtant, le combat contre les Bongo n’est ni difficile ni compliqué. C’est un combat qui a tout simplement besoin d’être mené de manière frontale. Pour s’en rendre compte, Il suffit de ramener à sa plus simple formule l’équation du changement politique immédiat au Gabon.

En quoi consiste cette simplification de l’équation du changement politique au Gabon?

Elle consiste en l’adoption d’une attitude qui consisterait à clarifier la nature du combat à mener et, partant, à se donner la capacité de le mener. Clarifier la nature du combat que les Gabonais ont à mener conduit naturellement aux constats selon lesquels, pour gagner le combat contre les Bongo, les Gabonais doivent, tout simplement,

C’est tout ce que cela demande, rien d’autre.

C’est pour cela que je me présente, chers compatriotes, pour clarifier et mener le seul vrai combat qui, en ce moment même, s’impose à tous les Gabonais. Un combat qui demande que les Gabonais s’y engagent urgemment avec pragmatisme et intelligence en se concentrant sur les vrais enjeux et les vrais défis tout en refusant les faux débats et les fausses excuses.

Autrement dit, le but des Gabonais doit être la libération nationale. Mais le combat de la libération nationale ne peut ni attendre ni être bâclé et improvisé au dernier moment. Les Gabonais doivent tout faire pour écourter le mandat d’Ali Bongo d’ici 2016. Cependant, si Ali Bongo est toujours au pouvoir en 2016, il incombe à notre Peuple de s’organiser pour faire de l’élection présidentielle de 2016 le moment du grand ménage qui fera du mandat d’Ali Bongo non seulement son premier, mais aussi son dernier et, partant, le dernier mandat d’un Bongo Ondimba au Gabon. Mais pour que tout cela soit possible, il ne faut pas attendre 2016 et, encore une fois, tout bâcler, tout improviser, tout rater. C’est maintenant qu’il faut commencer les préparatifs.

Voilà pourquoi je me présente. MAINTENANT. Pour qu’il n’y ait plus d’excuses.

Chers compatriotes,

Je m’appelle Daniel Mengara et je suis, dès maintenant, candidat à l’élection présidentielle de 2016pour qu’il n’y ait plus d’excuses, pour qu’il n’y ait plus d’improvisation.  En 2016, le Gabon doit changer.

Mais vous? Que faites-vous et qu’êtes-vous prêt(e) à sacrifier pour votre pays? Pour qu’en 2016, il n’y ait plus d’excuses, soutenez la campagne DM2016. Dès maintenant. Pour ne plus avoir à le regretter en 2016. Rejoignez-moi et Donnez ici.


Vos Réactions: Exprimez-Vous!

*